Cannabis light, chanvre, marijuana sont des termes que l’on retrouve souvent ensemble.

  • Mais y a-t-il des différences ?
  • Si oui, quelles sont-elles ?
  • Sont-ils d’espèces différentes ?
  • Ont-ils des effets différents ?
  • Lesquelles sont légales ?

Cannabis light, chanvre, marijuana : quelle est la différence ?

La première chose à dire est qu’il est difficile d’avoir une définition claire et acceptée de ces termes, car les définitions changent selon que l’on considère les caractéristiques physiques (l’apparence), les effets sur le corps, la composition chimique, les implications juridiques ou la façon dont les gens utilisent le terme dans la communication quotidienne.

Le cannabis en tant que plante

Commençons par les bases. Le cannabis et le Chanvre sont deux termes souvent utilisés pour décrire la même chose : un genre de plante verte qui fait partie de la famille des cannabacées. Nous préférons utiliser le terme cannabis car il s’agit du terme scientifique qui est aussi couramment utilisé au niveau international. Ainsi, d’un point de vue biologique, le cannabis est un genre de plante de la famille des Cannabacea, qui comprend environ 170 espèces d’arbres et de plantes, comme le houblon (classification des plantes).

Le cannabis a été divisé en trois espèces principales :

Cannabis sativa, Cannabis indica et Cannabis ruderalis, bien que certains pensent qu’il n’existe qu’une seule espèce, Cannabis sativa, originaire d’Asie centrale. Cependant, ces espèces comprennent à leur tour plusieurs variétés, telles que Cannabis Sativa Finola, Cannabis Indica Orange Bud, etc., qui sont les noms que l’on trouve sur le marché.

Marijuana ou cannabis léger

Nous avons mentionné que le terme “cannabis” fait référence à un large éventail de plantes. Cependant, les caractéristiques chimiques de ces plantes (appelées chimovars) et, par conséquent, leurs effets sur le corps, diffèrent considérablement, et ce sont ces différences qui distinguent le cannabis dit léger de la marijuana. Ces termes sont souvent mal compris. Le cannabis léger et la marijuana ne sont pas des espèces végétales, mais simplement des classifications de la plante de cannabis basées sur la quantité de THC contenue dans la plante elle-même. En fait, lorsqu’on parle de marijuana, on fait généralement référence à des plantes de cannabis à forte teneur en THC ayant des effets psychotropes (c’est-à-dire altérant l’esprit), tandis que le terme cannabis léger est utilisé pour désigner des plantes de cannabis à faible teneur en THC et à teneur plus ou moins élevée en CBD. Mais jusqu’où ? En fait, les plantes ayant un faible taux de THC ne sont pas nécessairement assez faibles pour être considérées comme des plantes de cannabis légères !

Le cannabis n’est léger que s’il est légal

En théorie, le cannabis est léger si le THC qu’il contient est si faible qu’il n’a aucun effet psychotrope. En pratique, pour qu’une plante de cannabis soit légère, elle doit avoir une teneur en THC inférieure à la limite légale, qui est exprimée en % de THC présent dans une plante sèche par rapport au poids total de la plante (également sèche). Cette limite varie d’un pays à l’autre. En fixant une limite légale, l’objectif est de s’assurer que le THC est si faible qu’il n’a pas d'”effet dopant” (c’est-à-dire un effet psychotrope).

Cependant, déterminer quelle quantité de THC a un réel effet psychotrope reste un sujet de controverse, pour des raisons tant scientifiques que sociales. Au-delà de la controverse, à ce jour, bien qu’il n’existe toujours pas de loi spécifique, selon la loi Suisse, le cannabis est légal, et donc le cannabis light, si le taux de THC est inférieur à 0,5% de son poids sec. La teneur en CBD, en revanche, n’est pas limitée par la loi, car le CBD n’a pas d’effets psychoactifs, mais au contraire fait actuellement l’objet d’un grand intérêt scientifique pour ses possibles effets bénéfiques et thérapeutiques. Il faut toutefois se méfier des niveaux supérieurs à 15-18%. Toutes les inflorescences proposées sont riches en CBD et pauvres en THC. Le THC est toujours inférieur aux limites indiquées par la loi Suisse, c’est-à-dire moins de 0,5% et moins de 10 mg par paquet. Essayez-le !